Top

L’investissement Belge en Espagne vu par Brigitte Verkinderen

InvexNon classifié(e) L’investissement Belge en Espagne vu par Brigitte Verkinderen

L’investissement Belge en Espagne vu par Brigitte Verkinderen

 

Le 5 Juillet dernier, nous nous sommes rendus dans les bureaux de la Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise à Barcelone, où Brigitte Verkinderen, directrice de la chambre, nous a chaleureusement reçus pour un entretien en toute intimité. Nous avons pensé qu’il serait intéressant de recueillir les détails de son expérience au sein de la Chambre de Commerce mais aussi de connaitre son point de vue sur plusieurs sujets tels que l’état du marché en Catalogne et plus généralement en Espagne,  la vision des entrepreneurs et investisseurs Belges sur l’Espagne et les avantages d’investir à Barcelone.

 

« Lorsque je suis arrivée, il n’y avait rien… »

Brigitte est une femme dont le parcours professionnel n’a rien de classique. En effet, avant de diriger la chambre de Commerce, Brigitte a exercé le métier d’avocat pendant plus de 10 ans (spécialisée en droit social et contractuel). À côté de cela, elle était soprano dans le Collegium Vocale Gent et la Chapelle Royale de Paris, elle insiste d’ailleurs sur le fait que cette expérience artistique  a beaucoup influé sur sa façon de travailler. Dans les années 90, elle décide de s’installer en Espagne et devient le PDG de sa propre entreprise d’Artistic Management. En 2007, la crise mondiale éclate, elle prend la décision de stopper son activité en raison des coupes dans les subventions. Le secteur artistique étant bien souvent le premier à pâtir en temps de crise…

C’est par hasard que Brigitte a découvert l’existence de la chambre de commerce Belge à Barcelone et qu’ils cherchaient une personne pour reprendre les rênes. Elle a saisi cette opportunité et s’est lancée le défi de développer cette Chambre qui selon elle avait un fort potentiel. Brigitte est une battante qui admet d’ailleurs avoir toujours été animée par les causes perdues. A son arrivée, il n’y avait rien, la chambre était en quasi- inactivité et ne comptait que 2 membres. Brigitte a alors pensé « qu’avec toute cette énergie, tout le dynamisme qu’offrait cette ville, il fallait agir et en faire un établissement digne ».

 

« Une chambre de Commerce doit avoir pour objectif premier l’indépendance »

Sa mission au sein de la chambre n’a pas toujours été simple, cependant elle a toujours réussi à la maintenir et la développer. Dès le commencement, Brigitte avait un objectif clair en tête : rendre indépendante financièrement sa chambre de commerce. Elle considère qu’accepter une aide financière c’est aussi accepter de rendre des comptes : « si l’on ne veut pas être une monnaie d’échange entre différentes administrations fédérales  il faut être indépendant ».

C’est pour cette raison qu’à partir de cette année, Brigitte n’acceptera plus de subventions. Elle  souhaite être libre de ses choix, de ses actes, de ses paroles…

Elle considère qu’une chambre de Commerce se gère comme une entreprise et se bat chaque année pour faire accroître le nombre d’adhésions. Pour l’année 2017, elle a déjà enregistré 12 nouveaux membres, sur un total de 80 ! Ce qui semble prometteur pour les années à venir. Cependant, elle ne se reposera certainement pas sur ses lauriers car selon elle : «Pour réussir, il faut remettre en question sa stratégie chaque jour ».

 

Les entreprises Belges ont-elles changé de vision concernant l’Espagne ?

L’un des poumons de l’économie Espagnole se trouve ici en Catalogne. Brigitte nous confie qu’une grande entreprise de transport en métallurgie est venue lui rendre visite récemment car cette dernière souhaite s’implanter ici : « cela signifie que l’industrie reprend!  L’industrie est le baromètre de l’état de santé d’un pays » souligne-t-elle.

Le Brexit a lui aussi été un élément déterminant pour les entreprises Belges qui aujourd’hui se tournent plus facilement vers l’Espagne qui dernièrement bénéficie d’une très bonne presse en Belgique.

Pour Brigitte, le retour des entreprises Belges sur le territoire espagnol vient aussi du fait que beaucoup d’entre elles  sont revenues de certains pays de l’Est, après une mauvaise expérience . « Ils ont sous-estimés l’impact de l’histoire économique et politique de ces pays », elle considère « qu’on ne peut balayer tout ça en 10 ans, ils sont certes géographiquement en Europe mais que leur mentalité reste différente, certains pays sont passés d’un système communiste russe à l’Europe ».

Brigitte précise que « c’est une excellente nouvelle pour l’Espagne mais qu’il ne faut pas laisser tomber ces pays une autre fois. »

« Les Belges ne croient pas à l’indépendance de la Catalogne et continuent à investir ici sans trop se poser de question… »

La question de l’indépendance de la Catalogne n’est pas un sujet qui préoccupe vraiment les entrepreneurs et investisseurs belges car ils n’y croient tout simplement pas, Brigitte non plus d’ailleurs.  Car premièrement, pour elle ce référendum est un acte anticonstitutionnel, et en tant que juriste et enfant de son temps, elle respecte et aime la Constitution. Deuxièmement, elle affirme que l’Europe ne prendrait pas le risque de se mettre à dos un partenaire tel que l’Espagne, et donc ne reconnaîtrait pas la Catalogne comme état membre. Cependant, Brigitte dit comprendre « l’énorme frustration catalane envers le financement et le développement » mais précise que le référendum et les actions du Gouvernement catalan, à son avis, ne sont pas la bonne solution.  « Un homme d’État unit son peuple, ne le divise pas.  Les changements dans une démocratie passent par la représentation démocratique de tout le pays, les changements se réalisent au fur et à mesure grâce aux accords et aux compromis avec les autres partenaires de l’état. Prenez l’exemple de la Belgique: une transformation exemplaire, sans guerre, sans fracture sociale interne, mais qui s’étend sur maintenant déjà 5 décennies. Est-elle parfaite? Loin de là! Mais ce petit pays a indiqué un chemin  stable et respectueux des droits des « autres-pensants »».

Pourquoi investir en Catalogne ?

Selon Brigitte, le principal avantage surtout pour un pays comme la Belgique, est celui des ressources humaines : « les jeunes sont formés, dynamiques et enthousiastes ». Elle parle des jeunes européens mais aussi des jeunes catalans qui bien souvent ont eu accès à de très bonnes écoles. Sans oublier que Barcelone offre un climat de vie extrêmement agréable que les Belges connaissent déjà car ils y viennent parfois en vacances.  C’est pour toutes ces raisons que cette ville reste très attractive pour eux.

Beaucoup d’entreprises belges ont constitué des unités de production ici, en Catalogne, parfois même grâce à l’intervention de la chambre de commerce Belgo-Luxembourgeoise.

Brigitte n’hésite pas à organiser des événements en Belgique au cours desquels elle demande aux entreprises belges basées en Espagne de venir témoigner de leur succès. On peut dire que Brigitte Verkinderen est le parfait lien entre la Belgique, la Catalogne et l’Espagne en général.

 

Marine Dhap

Invex Consulting

Rambla Catalunya, 110 ppal

+(0034) 934 881 914.

Compartir contenido
Share on Facebook6Share on LinkedIn4
No Comments

Leave a Comment